top of page
Rechercher

Ça y est… je pète les plombs !

Je plains les étrangers qui font le dur apprentissage de la langue française.


Je déteste lire un texte truffé de fautes ; cela m’exaspère tellement ! Quand, après publication, je constate avoir laissé passer quelques coquilles, tout mon être se crispe de colère. Non, vraiment, ça ne passe pas !


Je pense que je ne suis pas la seule à avoir vécu le fait de se faire huer sur réseaux sociaux.

Vous ne savez pas ce que c’est ? Postez une publication avec une faute qui réveillerait un mort puis, dans la foulée, excusez-vous pour la faute commise et attendez !


Il y en aura toujours un - et c’est le minimum - pour vous rappeler les règles de fonctionnement :

  • non mais tès sérieuz, sé quoi ses conneries de faute, tu te prand pour qui ?

  • arrète de faire ton instite on est sur fb là

  • le plus importan sait de s’exprimer alors laisse tombé

  • etc.

J’ai toujours mis un point d’honneur à écrire correctement quel que soit le support : WhatsApp, SMS, FB et autres. C’est-à-dire, faire des phrases basiques : sujet, verbe, complément. Imaginez ma tête quand, maman d’un collégien - pour qui, à l’époque, le français était une langue étrangère au même titre que l’anglais et l’espagnol - je découvre sa super note au devoir d’histoire-géographie contenant, a minima, 30 fautes d’orthographe et de grammaire.

J’ai cru halluciner ! Bref, je ne vais pas épiloguer sur les directives de l’éducation nationale.

Mais, je ne suis donc pas étonnée que les jeunes entrant dans la vie active ne sachent pas correctement rédiger une lettre de motivation.


Quoi qu’il en soit, je maintiens le cap. Non, hors de question de me laisser tirer vers le bas. Je continuerai à écrire correctement.


Pour la petite histoire, j’ai décidé de m’attaquer à la Certification Voltaire et là… patatras !

Aussi belle soit-elle, la langue française n’est pas simple. C’est LA langue de l’exception.

Actuellement, je coince sur une règle qui a décidé de faire de la résistance. Je tente de me connecter à l’âme de la charmante personne qui en a eu l’idée.

Sans doute saura-t-elle, telle une lumière dans la nuit, m’éclairer.


Certification Voltaire, j’arrive !



14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page